Quelques réflexions sur la pollution de la FONT des MERLES

Depuis bien longtemps,

les nappes phréatiques sont polluées par le dysfonctionnement de certaines fosses septiques (33%). Des résultats d’analyse d’eau des sources font apparaitre la présence de coliformes thermotolérants et de streptocoques fécaux, ces germes démontrent la pollution par des eaux usées domestiques. Le risque de présence de pathogènes pour l’homme est ainsi avéré et ceci rend ces eaux particulièrement dangereuses pour la consommation, d’autant plus qu’elles restent claires et limpides et n’inspirent aucun reflexe de rejet.

– 2/11/2011 / constatation d’une pollution très visible à la FONT des MERLES. Prolifération d’algues vertes dont l’intensité fait apparaitre une masse noire sur toute la vasque, surmontée en surface par une pellicule de mousse verte, d’où émergeaient les joncs.

– Les autres sources du secteur :

– Source de CALVAS, mare.

– Source de CALVAS, captée

– FONT du ROSSIGNOL

– Source SANGLIER

– Source EST des TERRES DE ROUVIÈRE

– FONT ESCALIÈRE      polluées elles aussi, ont conservé une eau claire et limpide.

Dés l’aménagement (même non terminé) de la FONT des MERLES, le 5/5/2011, les joncs ont pris possession de la vasque. La soudaine pollution (21/11/2011) a fortement perturbé les joncs. Depuis début Janvier 2012, les joncs ont totalement disparu de la vasque. Cette source pérenne est très active, son débit peut être évalué approximativement à 2m3 par 24 heures. L’eau se répand sur environ une vingtaine de mètres en aval de la vasque et la pollution (mousse verte) progresse lentement, (5m de long à partir de la vasque) en éradiquant les joncs. Les autres sources du secteur, peuplées de joncs, voient ces végétaux se développer magnifiquement. Il est regrettable que l’analyse de l’eau n’ait pas été effectuée, les résultats auraient pu déceler l’origine de la pollution.

– Sans rejeter l’origine de la pollution par le dysfonctionnement de certaines fosses septiques, on peut toutefois imaginer d’autres éventuelles origines :

– Une vidange clandestine de fosse

– Un dépôt volontaire ou accidentel de produits chimiques dans la FONT des MERLES.

– La recherche de l’origine de la pollution par l’utilisation de la fluorescéine à partir de fosses  » suspectes » peut éventuellement s’avérer aléatoire. Les fosses « douteuses » sont proches de la FONT des MERLES, mais on ne sait pas le temps qu’il faut à la FLUORESCEINE pour se manifester. De plus, si l’origine est assez distante, les manifestations colorées peuvent apparaitre simultanément depuis plusieurs fosses et compliquer la recherche.

La FONT des MERLES a, pour formation géologique : CALCAIRES et CALCAIRES MARNEUX  de l’HAUTERIVIEN INFERIEUR. Cette formation géologique appartient également, dans le secteur à :

  • Source de CALVAS, captée  –  pérenne
  • Source BRIQUET     –  intermittente
  • Source GREVOUL   –  intermittente
  • Source GUIGUE    –      pérenne
  • Source SANGLIER  –      pérenne
  • Source N-E  TERRES de ROUVIÈRE  –   intermittente
  • 3ème source TERRES de ROUVIÈRE-   intermittente
  • Source ELÉA COMBE de LA LUNE – pérenne
  • FONT ESCALIÈRE – pérenne

Aucune de ces sources ne présentent la même pollution visible que la FONT des MERLES.  L’analyse de l’eau de cette source nous semble donc impérative afin de permettre de trouver l’origine de la pollution et de la supprimer.

Article mis à jour, le 2 mars 2012

Lire les articles précédents :
LES MAUVAIS ESPRITS…

Les méchantes langues, les réboussiers… Bref, beaucoup de nîmois prennent plaisir à dénigrer la gestion de la ROME FRANCAISE, alors...

Fermer