POUR RAFRAÎCHIR ET POUR RÉFLÉCHIR

L’eau représente un constituant majeur de la matière vivante.

La Terre a été dénommée : planète bleue par suite de la prépondérance de l’EAU à sa surface. Les océans couvrent 360 millions de km2 soit près de 72 % de la surface du globe. C’est 96,5 % du volume total de la biosphère. 
L’EAU douce ne représente que 2,6% c’est peu. Mais la majorité de cette EAU douce est piégée dans les calottes glacières arctiques et antarctiques. La seule fraction disponible pour les humains est estimée à 14000 km3 par an soit 0, O1 % du total. Ça vaut le coup de ne pas gaspiller l’EAU !!! 
La majorité des précipitations retombe sur l’Océan. Seulement 22, 8% atteignent la surface des continents qui occupent pourtant 28 % de la surface de la planète.

Pensez-y en ouvrant le robinet ! 
L’évaporation et l’évapotranspiration par la végétation constituent la base du cycle de l’EAU.L’infiltration assure l’alimentation des nappes phréatiques et des rivières souterraines. Le ruissellement fournit les cours d’eau et boucle le cycle par retour des fleuves à l’océan. 

En EUROPE : 33 % de l’eau est utilisé pour l’agriculture. 
54 % pour l’industrie. 
13 % pour domestique et urbain. 

La consommation moyenne en litres par habitant et par jour, tous usages confondus est de 1990 litres. Aux U.S.A. ce sont 4635 l. et en Afrique 660 l. Il faut penser à fermer le robinet après usage ! Avec un accroissement démographique record, l’humanité est confrontée au problème d’approvisionnement en EAU.

L’EAU fait défaut à des degrés divers dans environ 60 pays du tiers -monde. 
Depuis l’arrivée de l’homme, la pollution de l’EAU existe mais c’est surtout au début du XVIII me siècle, à l’aube de la civilisation industrielle, que cette pollution ne cesse de croître.

Principales causes de pollution de l’EAU : 

  • La production d’énergie (charbon, pétrole, déchets radioactifs) 
  • Les activités industrielles (120 000 espèces chimiques différentes) 
  • L’agriculture moderne (engrais, pesticides et.) 

Pour la GARRIGUE NÎIMOISE, il y a la pollution par le disfonctionnement de nombreuses fosses septiques.

Ce n’est pas parce qu’on ne les voit pas, qu’il ne faut pas respecter les nappes phréatiques. 

La moyenne des précipitations annuelles sur NIMES est de 760 m/m. De 1990 à 2009, sur le bassin versant du cadereau d’UZES, la moyenne s’établit à 870m/m. Six années furent déficitaires (1991- 1992- 1997-2006- 2007-2009) avec une moyenne de 604m/m. Mais même durant les années pluvieuses, pendant la période estivale, les pluies sont rares… 

Abandonnez l’idée d’un gazon en GARRIGUE ! 

Il y a toujours autant d’EAU disponible, mais il y a un nombre toujours plus grand de consommateurs. Donc raréfaction. 
Il y a toujours plus de gaspillage et les industries et l’agriculture sont toujours de plus en plus voraces. 
Il y a toujours plus de pollution des nappes phréatiques et la potabilité de l’EAU est toujours plus chère. 

Compte tenu de la démographie et de l’industrialisation, les savants hydrologues considèrent que depuis la nuit des temps, les hommes, les animaux et les cultures ont consommé dix fois le volume total de l’EAU de notre planète. Chaque fois que vous buvez un verre d’eau, dîtes vous que cette EAU a déjà été bue dix fois !!! 
Si ça vous coupe la soif, vous pouvez toujours boire un verre de blanc sec bien frais… A consommer avec modération. Autour d’une bonne bouteille (de vin) entre amis, pensez à l’EAU !!! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Article mis à jour, le 10 septembre 2011

Lire les articles précédents :
OÙ EN EST-ON ?

Les bassins de retenue ne peuvent, en aucun cas, réduire l’intensité des inondations et à plus forte raison les supprimer. ...

Fermer