Les Antiquailles

On nous présente le futur bassin de retenue des Antiquailles

comme étant de nature à réduire efficacement le volume des crues du cadereau d’Alès dans le cas d’épisodes pluvieux intenses. Tant mieux !

De plus, la réalisation d’un tel bassin pourrait être peu onéreux. Tant mieux !
Mais le creusement d’une carrière aussi large et aussi profonde, en terrain karstique peut nourrir quelques inquiétudes chez les nîmois. Nous avons l’exemple des bassins de retenue situés sur le cadereau d’Uzès qui n’ont pas fonctionné lors des inondations de 2002 et 2005.

Egalement les bassins du ROSSIGNOL et d’ENGANCE dont les terrassements n’ont pas exigé des creusements profonds et qui pourtant ont généré la naissance de 2 sources : (SOURCE SANGLIER et FONT des MERLES.) On peut citer également le bassin de CALVAS qui, en 2002 s’est vidangé brutalement en dévastant l’enrochement des berges du cadereau.
Aussi, peut-on se poser quelques questions sur le bassin des ANTIQUAILLES :

  • Ce bassin se remplira t-il complètement et retiendra t-il ses eaux quelques heures afin d’être efficace ?
  • Se remplira t-il que partiellement ?
  • Les travaux d’exploitation de la carrière ne vont-ils pas transformer ce bassin en tonneau des Danaïdes ?
  • Les initiateurs de ce projet maitrisent-ils toutes les conséquences hydrauliques ?

On pourrait également imaginer—–On peut toujours rêver !—–que ce bassin se remplisse lors d’une crue et retienne définitivement ses eaux jusqu’à créer un LAC…. En GARRIGUE !… au détriment de la retenue temporaire !
En somme, un bassin surprise !

Article mis à jour, le 23 novembre 2012

Lire les articles précédents :
Le Collectif pour les Sources

Quelques NÎMOIS regrettent parfois fort amèrement de ne pas figurer sur la liste des 100 qui font bouger NÎMES. Certes...

Fermer